Aucun électron ne sortira de la centrale nucléaire EDF de Flamanville (Manche) avant le 31 mai, prévient EDF. L’énergie est notre avenir, économisons-la ! La délégation est emmenée par la présidente de la commission emploi du Parlement européen, Pervenche Berès (France), l’eurodéputée de la circonscription, Estelle Grelier (France) et la députée membre de la commission emploi, Jutta Steinruck (Allemagne)[105]. Les groupes turbo-alternateurs à vapeur ainsi que l'essentiel de leurs auxiliaires mécaniques et électriques ont été installés par Alstom[6]. Le 24 décembre 1974, le conseil municipal se prononce pou… Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, demande au fabricant de donner sans délai les suites qui s’imposent au rapport de l'ASN[58]. Des associations et partis politiques protestent contre la publication de ce décret avant l’élection présidentielle française de 2007. Ce décret prévoit un délai de dix ans - soit jusqu'au 11 avril 2017 - pour réaliser le premier chargement en combustible nucléaire du réacteur[37]. Le site se trouve à une quinzaine de kilomètres des îles anglo-normandes. Elle contrôle en particulier la construction du réacteur EPR (INB n°167) actuellement en cours à Flamanville. Pour préparer ce raccordement, les équipes d’EDF et d’Ineo ont tiré, fin janvier, trois câbles de 600 mètres, sur la plateforme électrique. Avec la prévention des risques, c’est la première priorité des équipes d’EDF Flamanville. 25 janv. Le chantier catastrophe de l’EPR de Flamanville (Manche) gagne encore un peu de temps. Une marche antinucléaire sur Flamanville est organisée le 13 avril 1975, suivie d'une fête les 6 et 7 septembre. Des organismes indépendants, comme l’Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (IFREMER), réalisent des contrôles hydrobiologiques du milieu marin, tandis que l’IRSN effectue des études radio-écologiques de la chaîne alimentaire en milieux terrestre et marin. La construction de la partie nucléaire de l’unité de production Flamanville 3 débute en pratique le 3 décembre 2007 avec la coulée du premier béton de l’îlot nucléaire. Il devient l'un des symboles de l'énergie nucléaire française. En 2004, EDF décide d’augmenter la capacité de la centrale de Flamanville et propose l’implantation d’un réacteur EPR[15]. deux réacteurs en service depuis 1986/87, Flamanville-1 et Flamanville-2, un réacteur en construction, Flamanville-3 , réacteur à eau pressurisée de. Il constituera le premier exemplaire d'une nouvelle génération de réacteurs nucléaires. Les premiers terrassements sont effectués en janvier 1978 sur le site de l'ancienne mine de fer. Il faudra attendre au moins le 28 février 2021. Une lettre d'injonction de Thomas Oudré, chef de division, exige qu'EDF mette au point des procédures de contrôle satisfaisantes avant toute reprise des travaux[44]. Les dernières visites décennales des deux réacteurs de Flamanville, ont eu lieu en 2018 et 2019[18],[19]. Dans son scénario 2017-2050, l'association négaWatt n'envisage pas le démarrage de Flamanville III, qui selon elle « présente de graves problèmes de sûreté et dont le coût ne cesse d’augmenter »[78]. Sa mise en service a ainsi été repoussée de 2012 à 2022, et a engendré un surcoût de 9 milliards d’€. nécessaire]. Dans le cas où ce scénario ne serait pas approuvé, EDF prépare une « solution de repli » qui contraindrait à démonter puis extraire les tuyauteries, sans avoir à toucher à l'enceinte de béton. Les tuyauteries RIS-EVU mesurent 80 cm de diamètre sur environ 16 mètres de long ; elles participent notamment au refroidissement du réacteur et de l’enceinte. Cependant, dans un rapport du 24 juin 2011, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) relève « treize constats » d'infraction dans le chantier EPR, dont du matériel et des équipements de secours de mauvaise qualité[117]. arrêt pour simple rechargement du combustible ; visite partielle, consacrée au rechargement du combustible et à un important programme périodique de maintenance ; visite décennale qui inclut des contrôles approfondis et réglementaires des principaux composants que sont la cuve du réacteur, le circuit primaire et l’enceinte du bâtiment réacteur. L'ASN autorise finalement, le 20 juin 2008, la reprise des activités de coulage du béton suspendues le 21 mai[45]. Selon le site du ministère du Développement durable, « la sûreté nucléaire est l’ensemble des dispositions techniques et des mesures d’organisation relatives à la conception, à la construction, au fonctionnement, à l’arrêt et au démantèlement des installations nucléaires de base, ainsi qu’au transport des substances radioactives, prises en vue de prévenir les accidents ou d’en limiter les effets »[115]. La centrale nucléaire, également appelée « Centre nucléaire de production d’électricité » (CNPE) de Flamanville, est située sur la commune de Flamanville (Manche), près des Pieux, sur la côte ouest de la péninsule du Cotentin. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La centrale de Flamanville ne s'est pas vue vieillir : l'Autorité de Sûreté Nucléaire la surveille depuis l'été 2019. À l'époque, cette grue (modèle SCG-120) fait partie des trois plus grandes au monde et mesure 200 mètres de hauteur. L’EPR de la centrale nucléaire de Flamanville (réacteur nucléaire de 3ème génération) est confronté à de nombreux défis techniques et technologiques depuis le lancement du chantier en 2007. « Ce subterfuge sera attaqué en justice », a déjà prévenu l'Observatoire du nucléaire, estimant que l’Enquête publique et le débat national sont caducs et devraient être refaits[39]. De plus, la Direction Général de la Compétitivité de l’Industrie et des Services (DGCIS) rappelle que dans le volet « condition de recours aux entreprises prestataires » des Évaluations Complémentaires de Sûreté, « la filière a mis au point, avec les représentants des salariés, un cahier des charges social applicable aux prestations de services et de travaux réalisées sur une Installation Nucléaire de Base en France »[112]. ». Le redémarrage du réacteur 2 , dans la nuit du 11 au 12 décembre, après vingt-trois mois d’arrêt, n’a donc pas fait cesser la longue liste des reports pour travaux de maintenance. L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) assure en permanence la surveillance réglementaire radiologique de l’environnement. Pour autant, les rapports de l’Inspecteur Général pour la Sûreté Nucléaire et la Radioprotection (IGSNR) de 2012 et 2013, montrent que de nombreuses améliorations ont été apportées depuis lors. Jeudi 30 juillet, la quantité annuelle cumulée d’émissions de gaz SF6 a atteint 102 kg, dépassant le seuil déclaratif réglementaire de 100 kg. Pour atteindre ce résultat, le réacteur no 1 a fonctionné pendant 43 698 heures et le réacteur no 2 39 890 heures. Le coût de construction des réacteurs à eau pressurisée précédemment mis en service en France est estimé à 2 milliards d’euros par réacteur[98]. Le réacteur nucléaire numéro 1 de la centrale de Flamanville devait redémarrer le 31 janvier 2021, avait annoncé EDF. En 2019, les rejets émis par l’exploitation de la centrale sont toujours restés très inférieurs aux limites autorisées. "Le couplage définitif a pu être réalisé samedi à 04H25", affirme la centrale sur son site internet. Afin de bénéficier d’un retour d’expérience de conception et d’exploitation pour la construction de réacteurs à partir de 2020, EDF a décidé (avec l'accord des autorités gouvernementales) de construire la (seconde) tête de série de l’EPR sur le site de la centrale de Flamanville (Manche) pour une mise en service initialement prévue en 2012[29], mais repoussée à plusieurs reprises, notamment en raison d'« anomalies de fabrications » sur une cuve comme annoncé par l'ASN en avril 2015[30]. La construction de l’ EPR de Flamanville, débutée en 2007, avait été chiffrée au départ 3,3 milliards d’euros. Le réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Flamanville (Manche), arrêté pendant 23 mois pour une maintenance décennale, a redémarré dans la nuit de vendredi à samedi, a annoncé EDF. nécessaire]. L’association Greenpeace France a lancé une campagne intitulée « EDF, demain j’arrête », qui vise à s’opposer au projet EPR en faisant pression sur EDF[35]. La centrale nucléaire de Flamanville (Manche), le 30 mai 2017. Une manifestation est organisée dès le 15 avril 1974, qui rassemble 2 500 personnes . Selon l'organisation écologiste Greenpeace, cette anomalie pourrait condamner le réacteur EPR de Flamanville[62]. nécessaire]. "Le couplage définitif a pu être réalisé samedi à 04H25", affirme la centrale sur son site internet. EDF Grand Angle – Lettre d’information, Flamanville chantier EPR, EPR : le dôme du bâtiment réacteur sera posé ce mardi, Le dôme de l'EPR de Flamanville posé par la plus grande grue du monde, Tendance Ouest Cotentin - EPR de Flamanville : premiers essais en 2015, Le projet EPR « tête de série » - Flamanville 3, Anomalies de fabrication de la cuve de l’EPR de Flamanville, Nucléaire: une nouvelle anomalie détectée sur l’EPR de Flamanville, Note technique annexe au communiqué de presse, Une « anomalie sérieuse » détectée au cœur de l’EPR de Flamanville, "Wise-Paris: Défauts de fabrication sur la cuve du réacteur EPR de Flamanville 3, Greenpeace : l'anomalie pourrait condamner le réacteur EPR de Flamanville, Nucléaire : les déboires de l'EPR de Flamanville, EPR de Flamanville: phase d'essais lancée, ”À la fin du mois de mars 2018, l’enceinte du bâtiment réacteur passera au banc d’essai. Les résultats affichés sont des annonces doffre demploi qui correspondent à votre requête. Deux rapports de l'ASN sont publiés les 6 novembre et 28 avril 2008, qui établissent que « des fissures » sont apparues « à la coulée d'un bloc de béton composant la plate-forme (le radier) de l'îlot nucléaire de l'EPR ». Le souci de les limiter au maximum est permanent.Ainsi, en 2019, aucun intervenant n’a dépassé 16 mSv, la réglementation fixant la limite d’exposition pour les travailleurs du nucléaire à 20 mSv/an. Une centrale nucléaire est un site industriel destiné à la production d'électricité et dont la chaudière est constituée d'un ou plusieurs réacteurs nucléaires ayant pour source d'énergie un combustible nucléaire.La puissance électrique d'une centrale varie de quelques mégawatts à plusieurs milliers de mégawatts en fonction du nombre et du type de réacteur en service sur le site. Depuis 2009, le laboratoire EDF de la centrale de Flamanville est accrédité par le Comité français d'accréditation (COFRAC), norme qualité ISO 17025, ce qui lui permet d’effectuer lui-même les mesures Bêta Aérosol (mesure de la radioactivité des poussières atmosphériques dans l’air ambiant à proximité de la centrale). Le réacteur 2 est actuellement à … Le président de l'ASN explique qu'« en dépit des difficultés matérielles à remplacer cette cuve, c'est une option réalisable, parce qu'elle n'a pas encore été irradiée, le réacteur n'étant pas en marche[60] ». Ce réacteur est l'objet de tractations politiques importantes. Le site s’étend sur 120 hectares dont la moitié a été gagnée sur le domaine maritime. Nucléaire : un nouveau report pour le redémarrage du réacteur n°1 de Flamanville . En décembre 2012, le PDG d’Areva, Luc Oursel affirme que la facture d’Olkiluoto 3 devrait être du même ordre que celle de l’EPR de Flamanville[93]. Cette centrale nucléaire est actuellement constituée de 2 réacteurs à eau sous pression en exploitation d'une puissance unitaire de 1300 MWe. Pour atteindre ou dépasser cette durée de fonctionnement, une réévaluation et un réexamen de sûreté ont lieu lors des visites décennales, afin de prendre en compte l’évolution de la réglementation, les progrès technologiques et le retour d’expérience de l’ensemble des installations nucléaires dans le monde. Un réacteur EPR est en construction à Flamanville (Manche), un autre à Olkiluoto (Finlande) et deux sont récemment entrés en service à Taishan (Chine). Le coût du MWh de l'EPR de Flamanville devrait également être largement supérieur au prix de vente retenu pour l'EPR d'Hikley point : 104 €[97]. Une explosion est survenue à la centrale nucléaire de Flamanville, située à 25 km de Cherbourg (Manche). La centrale porte une attention particulière aux rayonnements auxquels pourraient être exposés les salariés travaillant en zone nucléaire. La centrale de Flamanville redémarre un réacteur nucléaire Le réacteur numéro deux était à l’arrêt depuis 23 mois pour des opérations de maintenance. La centrale nucléaire de Flamanville a été conçue pour une durée d’exploitation d'au moins 40 ans. Le directeur du chantier, Antoine Ménager, annonce les premiers essais pour 2015[55]. L'ONG affirme avoir pu consulter des documents confidentiels et détaillés sur la protection du site., Greenpeace s'attaque au chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville, dans la Manche. Le réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Flamanville (Manche), arrêté pendant 23 mois pour une maintenance décennale, a redémarré dans la nuit de vendredi à samedi, a annoncé EDF. La centrale nucléaire de Flamanville est un acteur économique essentiel de la région Normandie.En 2019, elle a produit 6,47 milliards de kilowatts par heure (kWh) soit environ 2 % de la production nucléaire française. Elle soulève ainsi sur 44 mètres la structure pesant près de 300 tonnes avec une précision de pose de 5 millimètres[52],[53]. Le 23 mai 2011, la salle de commande de l’EPR est installée au sein de la centrale. Le coût a été réestimé à 12,4 milliards selon EDF, et à 19,1 milliards selon la Cour des comptes. LOU BENOIST / AFP. Des échantillons sont également prélevés par les techniciens Environnement et analysés par le laboratoire de mesures de la centrale. Le 15 avril 2006, des dizaines de milliers de manifestants [34] se sont rassemblés à l’appel du Collectif Stop EPR à Cherbourg, près de Flamanville, pour s’opposer au projet. Le réacteur EPR (Réacteur Pressurisé Européen) est un nouveau modèle de centrale nucléaire développé par AREVA. Dans une vidéo en images de synthèse projetée par Areva en février 2014, on constate que les installations sont désormais prévues pour résister « aux catastrophes naturelles, humaines et industrielles les plus extrêmes »[114]. Certains opposants à l’EPR, comme Greenpeace, affirmaient en 2014 qu’il existerait une surcapacité en France et que la construction de l’EPR de Flamanville ne serait donc pas nécessaire[32]. Toutefois, le directeur exécutif d’EDF, Hervé Machenaud, exposait devant l’Assemblée nationale[122] la possibilité d’optimiser la conception de l’EPR dont « la redondance de barrières de protection excessivement coûteuses sans rapport avec les faibles gains de sûreté obtenus » pouvait freiner ses exportations. ». Le 7 mai 2009, le pôle nucléaire du groupe CTI creuse les sept piscines de la centrale, dont trois dans le bâtiment combustible et quatre dans le bâtiment réacteur. La loi d’orientation sur l’énergie du 13 juillet 2005 fournit le cadre législatif pour le projet EPR. EDF a « grossièrement sous-estimé » les défis d'une technologie nouvelle ; la taille et la complexité de l'EPR ont entraîné « un sensible surcroît de complexité pour l'ingénierie et la construction ». Le coût de construction prévisionnel est relevé de 400 millions d'euros, à 10,9 milliards d'euros. La pose de ces « composants particulièrement sensibles pour la sûreté » a été effectuée par Bouygues et Areva. Mise en service en juillet 1986, l'unité de production d'électricité numéro 2 de la centrale nucléaire de Flamanville a été mise à l'arrêt pour sa 3e visite décennale en fin d'année 2018. Comment justifier ce défaut d'estimation ? La pose et le raccordement de ces armoires sont confiés à l’entreprise Snef[réf. Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Le renouvellement des centrales nucléaires installées dans les années 1980 pourrait laisser place aux réacteurs de troisième génération puis progressivement aux réacteurs de quatrième génération plus performants et actuellement en cours d’étude. Le 18 décembre 2017, EDF débute les essais à froid du réacteur ; il s'agit de tester la résistance et l'étanchéité de l'installation[69]. Un réacteur EPR est en construction à Flamanville (Manche), un autre à Olkiluoto (Finlande) et deux sont récemment entrés en service à Taishan (Chine). Un premier débat a lieu en 2002/2003 sous l’égide de Nicole Fontaine, alors ministre à l’industrie. L’année 2019 a été marquée par les visites décennales des unités de production 1 et 2 de Flamanville . Les deux chaudières nucléaires ont été construites par Framatome. Il est prévu pour fonctionner 60 ans au minimum[7]. Elle comprend trois réacteurs : La centrale se situe sur la côte ouest de la péninsule du Cotentin, au pied d'une falaise granitique haute de 70 mètres, à 25 km à l'ouest de Cherbourg et à 20 km au sud de l'usine de retraitement de la Hague. Le chargement du combustible est alors prévu au quatrième trimestre 2019, le raccordement au réseau électrique au premier trimestre 2020 et le fonctionnement à pleine puissance au deuxième semestre 2020[73],[74]. le 6 août 2017, L'EPR de Flamanville devrait bien démarrer fin 2018, Rappels sur la visite décennale des réacteurs nucléaires en France, Flamanville : la visite décennale du réacteur n°2 prolongée jusqu’à mi-octobre « (2019) », Pourquoi EDF ne redémarre pas les réacteurs 1 et 2 de la centrale nucléaire de Flamanville, « Incident de niveau 1 à la centrale de Flamanville », « Incident à la centrale nucléaire de Flamanville », Anomalies de fabrication de la cuve de l'EPR et irrégularités détectées dans l’usine Creusot Forge d’Areva, « EPR de Flamanville : EDF confirme l'échéance 2012 », L’EPR de Flamanville placé sous surveillance, CPDP EPR : débat public centrale électronucléaire Flamanville 3, La construction de l'EPR de Flamanville et la part du nucléaire : les défis d'EDF, Ouest-France- EPR : premier béton de l'îlot nucléaire coulé. Le 13 juin 2011, 25 millions d’Italiens (94 % des votants) rejettent la relance du nucléaire, voulue par Silvio Berlusconi. Sa mise en service a ainsi été repoussée de 2012 à 2022, et a engendré un surcoût de 9 milliards d’€. L'ASN doit valider ce projet d'ici à l'automne 2020. La centrale nucléaire de Flamanville est désormais référencée dans le nouveau guide du Routard "visite d'entreprise en France. Le 3 septembre 2015, EDF annonce que la construction de cet EPR devrait coûter 10,5 milliards d'euros, soit 7 milliards d'euros de plus que l'estimation initiale. La centrale nucléaire de Flamanville avait été conçue pour accueillir quatre tranches (deux sont en activité en 2007), il y a donc la possibilité de construire un nouveau réacteur avec des travaux de terrassement réduits. Son redémarrage était annoncé pour le 31 janvier 2021. Divers moyens de mesures sont répartis autour de la centrale de Flamanville. Le 28 octobre 2019, le ministère de l'Économie et des Finances publie le rapport commandé par EDF à Jean-Martin Folz (ancien PDG de PSA) sur le chantier de l'EPR de Flamanville[99]. En décembre 2012, à la suite de la première de ces annonces, Enel annonce son retrait du projet[89]. L’EPR est une construction inédite en France, plusieurs étapes ont jalonné sa progression. La chambre consulaire a en effet publié un guide à destination des entrepreneurs de la région dans le but d’obtenir une « meilleure anticipation et une bonne coordination des acteurs de notre territoire[111] ». Nucléaire : le redémarrage du réacteur 2 de Flamanville à nouveau repoussé . Le 20 octobre 2008, les six tuyauteries du système de sauvegarde sont installées dans le bâtiment réacteur. Le réacteur 3 de Flamanville est de type réacteur pressurisé européen (EPR), réacteur de troisième génération qui représente une évolution majeure du REP. Quand il sera en service, ce sera le réacteur nucléaire le plus puissant de France, avec 1 650 MWe. L’unité de production no 2 est mise en service le 18 juillet 1986, pour atteindre sa puissance nominale le 6 novembre 1986. Le réacteur est dimensionné avec une puissance thermique de 4 300 MWth, pour une puissance électrique délivrée sur le réseau de 1 630 MWe[80].